ESU / ISP – Buta : Hausse des frais académiques, les étudiants haussent le ton.

Les étudiants de l’ISP-Buta, Institut Supérieur Pédagogique, ont manifesté leur ras le bol le jeudi 29 février 2024. Ils ont barricadé la route principale et bloqué l’entrée du Campus Zabea du côté de la rive gauche de la rivière Rubi.

Ces étudiants s’insurgent, selon eux, contre le taux exorbitant des frais académiques et l’octroi des cartes d’étudiants bloquées il y a de cela trois ans. Les manifestants réclament également la lumière dans les  auditoires pour la vacation du soir, et voudraient accéder  librement à la bibliothèque et au laboratoire. Tout en désavouant leur coordination qui, selon eux, ne défend pas leurs droits, ces étudiants exigent que les enseignants puissent donner cours normalement.

Pour faire entendre leur voix, les étudiants de cette institution d’enseignement supérieur projettent une marche pacifique au début de la semaine prochaine.

%name ESU / ISP – Buta : Hausse des frais académiques, les étudiants haussent le ton.

Contacté par la presse, César Mbeya, Chef de travaux et enseignant à l’ISP-Buta, pense qu’il y a un problème plutôt du côté de la gestion. Et s’il y a mauvaise gestion, selon lui, les autorités de l’ISP-Buta doivent s’assumer.

«  Mais à ce que j’apprends, les étudiants ont soulevé au moins trois, quatre ou cinq points parmi lesquels la hausse de taux lié au paiement des frais d’études. Il n’y a pas de lumière. Il y a problème. L’ISP organise deux vacations, et quand nous venons enseigner le soir, il doit y avoir de la lumière. Apparemment il y a un problème. A notre niveau comme enseignant, nous disons qu’il y a problème. Il y a un problème plutôt du côté de la gestion. Et s’il y a mauvaise gestion, les autorités de l’ISP-Buta doivent s’assumer.  Il y a un problème et la communauté doit faire un effort pour résoudre ce problème. Il faut aussi payer les enseignants correctement ».

Cependant, il estime que les étudiants ne doivent pas se transformer en perturbateurs de l’ordre public. Il pense en outre que les autorités de l’ISP-Buta doivent profiter de ces troubles pour résoudre le problème.

Pour le Directeur de Cabinet du Directeur Général, le Chef des Travaux Louis Richard  Muyangu, certaines revendications des étudiants sont fondées et d’autres non.  Il explique que le taux de paiement des frais académique a été fixé en dollars américains mais payable en francs congolais. Selon la loi, le Directeur Général ne peut ajouter un seul rond sur ce que le ministère de tutelle a mentionné.

« Je ne comprends pas pourquoi les étudiants puissent barricader la route et gêner les activités de l’état.  Sur ces revendications, certaines sont fondées et d’autres non. Pour les cartes d’étudiants, il y a, dans la nomenclature des frais académiques, une rubrique que le ministère lui-même, avec la technique de numérisation, a souhaité que les cartes d’étudiants soient délivrées par le ministre lui-même.  Alors l’institution ne peut pas ajouter quelque chose pour qu’on puisse délivrer des cartes d’étudiants aux étudiants. Là, c’est faux et archifaux. Au niveau du laboratoire d’informatique, nous avons quelques machines. Le nombre d’étudiants est tellement élevé et l’effectif ne couvre pas les besoins de tous les étudiants. C’est pourquoi, nous avons prévu, dans une ligne budgétaire pour le budget 2023-2024, l’achat des machines pour que chaque étudiant soit satisfait à chaque fois qu’il y a professionnalisation et pratique. Pour la bibliothèque, il y avait quelques malaises mais la situation est déjà arrangée ».

%name ESU / ISP – Buta : Hausse des frais académiques, les étudiants haussent le ton.

Pour le taux fixé pour les frais académiques, le montant vont des 435 a 560 dollars américains. Pour las années passées, renseigne un observateur, les frais académiques n’ont jamais atteints 500 dollars américains.

Roger LINISA

 

2 thoughts on “ESU / ISP – Buta : Hausse des frais académiques, les étudiants haussent le ton.

  1. Je ne pense qu’il y a des revendications qui sont non fondées comme l’a fait savoir le directeur de cabinet du directeur général le chef de travaux Louis-Richard Moyangu Kintambo.

  2. Il y a un problème au niveau de la gestion, si le ministre considère le COGE comment un royaume ou pouvoir coutumier, les conséquences seront énorme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Catégories

error: Content is protected !!