Actualités Social

Les réseaux sociaux : quelle utilisation faire de cette technologie ?

Les réseaux sociaux : quelle utilisation faire de cette technologie ?

Les réseaux sociaux sont devenus pour certains de véritables médias sociaux et permettent aux internautes et aux professionnels de créer une page profil et de partager des informations, photos et vidéos avec leur réseau. Des espaces de partage qui se distinguent par leur utilité, leur logo et leurs audiences. Parmi ces réseaux sociaux, on trouve, Facebook, Twitter, Linkeld, Instagam, Snapchat, viadeo, My Space, whatsapp, etc. Cependant, ces réseaux sociaux n’ont pas que des côtés positifs. Selon certaines personnes, ils représentent aussi un danger pour la société.

Patrick zeze  est un opérateur culturel basé à Bukavu, dans la province du Sud – Kivu. Pour lui, il est vrai que les réseaux sociaux nous envahissent et frisent les relations interpersonnelles mais « posons-nous une question, que ferions nous aujourd’hui sans les réseaux sociaux? »

En répondant à cette question, Patrick Zéze pense qu’on comprendra que le monde évolue ainsi et nous avec.

Alain PANGUIMO, journaliste basé à Isiro dans le Haut – Uélé, pense que  nous sommes tous sans exception contaminés par les nouvelles technologies de l’information et de communication et elle nous rend des loyaux services. L’essentiel, selon lui, est de les utiliser à des moments qu’il faut pour ne pas gâcher tout le temps sur les réseaux sociaux.

Pour Maître Patrice-Thomas AKALA NDJOKU, avocat au barreau de la Tshopo, nous fuyons nos problèmes et pensons trouver refuge ou solution dans le virtuel. Dans toute chose, il y a le pour et le contre. « …nous devons plus prendre le côté positif et négliger le négatif car chacun change sa façon d’utiliser les réseaux sociaux avec les difficultés ou problèmes qu’il rencontre ! Il est difficile tant qu’on n’a pas encore rencontré un problème de croire à l’obsession des réseaux sociaux. À un moment c’est comme de la drogue… ». L’obsession, selon lui, c’est prendre tout son temps pour les réseaux sociaux, vivre une vie virtuelle et oublier la vie sociale pragmatique qui permet de rencontrer les difficultés, les affronter et les dépasser.

Théthé BONGUNDJA, journaliste à la radio télévision nationale congolaise, pense que les réseaux sociaux sont de canaux qui nous facilitent la communication plus rapidement et à un coût abordable. Ils nous forment et informent. Cependant, pense – t – elle, chacun doit savoir quand et  comment les utiliser pour éviter les abus.

« …les réseaux sociaux sont devenus  indispensable au jour d’aujourd’hui car nous sommes liées par la communication. C’est une classe avec des leçons, sans enseignants. A chacun de savoir choisir ce qui est utile.  La gestion du temps aussi est un facteur non négligeable dans l’usage des réseaux sociaux… »

Cette journaliste explique que les réseaux sociaux parfois amènent des conséquences terribles dans un foyer. Les parents perdent de fois tout intérêt  sur ce que les enfants leurs disent car plongés dans un de réseaux sociaux.

Organisatrice des chasses au Maroc, Frédérique HEBRARD, soulève un aspect très négatif des réseaux sociaux qui est la propagation des influences dangereuses par les réseaux islamiques.

« …nous voyons le mal qu’ils font. Sans cette fluidité et accessibilité de l information.il n y aurait peut être pas toutes ces violences… Mais, ce n’est pas pour autant qu’il faudrait arrêter d’utiliser les réseaux sociaux. …avec mon expérience,  je ne peux imaginer que j ai pu travailler des années durant sans ce véhicule extraordinaire qui nous permet de gagner du temps et n’a plus de frontière. Et pourtant est-ce bien là une bonne chose ? Aujourd’hui, nous cherchons à aller toujours plus vite et toujours plus loin. Nous courrons après le temps et nous n’avons jamais le temps, d’une part. D’autre part, nous sommes devenus accrocs pour ne pas dire esclaves de cet outil et nous nous sentons perdus si nous en sommes privés pour diverses raisons… »

Bibiche BOMENDJE, fonctionnaire à l’hygiène des frontières et basée à Kinshasa,  pense que les réseaux sociaux sont quasiment indispensables, parce qu’explique – t – elle,  avec les réseaux sociaux nous trouvons un moyen des communications facile et nous aident  à faire des rencontre, a trouvé des amis avec qui, sans les réseaux sociaux, on ne pouvait plus jamais communiquer. Mais elle pense également que  les réseaux sociaux sont aussi néfastes pour nous et surtout pour la génération montante car elle se retrouve comme dans la rue exposée à l’éducation diffuse qui la guette.  

Zickry LUBENGA, artiste musicien et informaticien,  estime que les humains sont des marchandises vivantes pour les grosses compagnies qui gèrent les différents réseaux sociaux. Et, selon lui,  on n’y peut rien. Ces grosses entreprises, poursuit – il,  paient des gens pour programmer des algorithmes susceptibles de nous rendre accro aux nouvelles technologies de l’information et de la communication. Ils génèrent des options call-to-action qui nous amènent à faire les mêmes actions durant la journée sans nous en rendre compte. Ils ont percés les secrets de l’adrénaline que peuvent générer les notifications ainsi nous amener à avoir le besoin de toujours se connecter.

Un autre aspect soulevé par nos interviewés, c’est le fait que les réseaux sociaux s’installent, s’imposent et il n y a plus de communication possible en famille ni de place pour la lecture. Les jeunes sont rivés sur leur téléphone nuit et jour et les mariés quand les réseaux sociaux accompagnent l’un des conjoints au lit, c’est déjà le début d’un conflit de couple sérieux.

Mais tous ont été unanimes sur un point : c’est grâce aux réseaux sociaux qu’ils peuvent lire les publications de la RFM Tv.

La Rédaction.