Actualités Politique Justice

Justice : « Vital Kamerhe placé sous mandat d’arrêt provisoire, une situation normale dans le fonctionnement des institutions » (Prof Alphonse Maindo).

Justice : « Vital Kamerhe placé sous mandat d’arrêt provisoire, une situation normale dans le fonctionnement des institutions » (Prof Alphonse Maindo).

Réagissant au mandat d’arrêt provisoire de Vital Kamerhe directeur de cabinet du Président de la République, Professeur Alphonse Maindo qualifie cette situation de normale. Selon cet enseignant de l’université de Kisangani, cette situation devait être banale dans le fonctionnement des institutions en termes de justice.

A l’en croire, le dossier relatif au programme d’urgence de cent jours du président de la République a fait couler encre et salives sachant que Vital Kamerhe directeur de cabinet du chef de l’Etat était en charge de l’exécution.

Cet enseignant des universités donne de l’honneur à la justice congolaise d’avoir agit ainsi.

« S’il n’y avait pas cette arrestation, soit ce mandat d’arrêt provisoire, les gens auraient toujours criés à deux poids deux mesures », renchérit Professeur Alphonse Maindo.

Elimination politique de Vital Kamerhe considérait comme adversaire politique ?

Pour le Professeur Alphonse Maindo, loin d’une élimination politique car l’UNC et l’UDPS sont en alliance. Selon ses dires, ceci constitue un exemple pour un bon père de famille qui voudrait remettre de l’ordre. C’est une occasion pour le président de la République de démontrer à l’opinion que la justice doit faire son travail même s’il s’agissait de ses proches.
L’enseignant des sciences politiques à l’université de Kisangani estime que Vital Kamerhe ne devait pas à attendre jusqu’à ce niveau. Il aurait pu démissionner et se laisser entre les mains de la justice à partir du moment où il y a eu des indices sérieux d’interpellation, conseille Professeur Alphonse Maindo.

Vital Kamerhe, directeur de cabinet du président de la République est placé sous mandat d’arrêt provisoire depuis mercredi 8 avril après plusieurs heures d’audition au parquet de Matete. Il est poursuivi pour détournement de fonds du programme de cent jours du Président de la République.

Jean Claude Fundi