Haut-Uélé/La liberté de presse foulée au pied par l’ANR/ISIRO.

Le journaliste Joseph KOBALE, directeur de la Radio Communautaire Espoir-Uéle ex Energie FM et correspondant de RFM/TV, a recouvert sa liberté le mardi soir après avoir passé une nuit au cachot du commissariat de la police nationale congolaise/Tic-tac au rond point chamukwale à ISIRO, Chef lieu de la Province du Haut-Uélé.

Selon les sources de la société civile qui nous livre l’information, ce chevalier de la plume a été enlevé par trois agents de l’ANR au studio après diffusion du journal parlé vers 21h30. Il lui est reproché d’avoir balancé sur les antenne de cette radio un magazine d’une ASBL dénommée ASSOFATSHI (Association de Soutien aux Action de Félix Antoine TSHISEKEDI) qui, à travers son coordonnateur, Monsieur Baltazar ANGA, est venue annoncer une marche pacifique de protestation contre, non seulement le départ des chinois exploitants abusivement de l’or dans les différentes carrières de ce coin du pays, mais également la multiplicité des taxes exigées auprès des motards et la spoliation de l’espace publique devant le dispensaire de Mayogo qui se trouve dans la commune de Mendambo.

IMG 20220126 WA0042 1 Haut Uélé/La liberté de presse foulée au pied par lANR/ISIRO.
Joseph kobale

Après le cachot, le journaliste Joseph KOBALE a passé toute la journée du mardi à la direction provinciale de l’ANR/ISIRO où il a répondu à une panoplie de questions avant d’être relâché sous pression des ses collègues des différentes autres radios locales émettant dans la même ville qui se sont regroupés au sein d’une plate forme, CORACI (Comité des Radios communautaires d’ISIRO.

Avant d’être relâché, une somme équivalent à cent dollars a été payée. Tous ses biens saisis tels que téléphones, clé de contact et dictaphone ont été restitués après paiement de cette somme.

La société civile du Congo section d’ISIRO dénonce cette arrestation et qualifie cette action de violation des droits de l’homme, et demande aux autorités hiérarchiques de sécuriser les journalistes et leurs bien dans l’exercice de leur profession.

La Rédaction.

One thought on “Haut-Uélé/La liberté de presse foulée au pied par l’ANR/ISIRO.

  1. Pourriez-vous nous donné plus des informations sur l’arrestation et détention arbitraires dans la ville d’isiro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Catégories

error: Content is protected !!