Tshopo : l’assemblée provinciale clôture la session de septembre sans l’adoption du budget.

Partagez

29 décembre 2021, l’assemblée provinciale de la Tshopo clôture la session de septembre. Alors que la session est essentiellement budgétaire, elle se clôture sans doter la province de cet instrument important.

Néanmoins, les députés provinciaux optent pour une session extraordinaire de deux semaines qui a été ouverte le même mercredi 29 décembre.

Que s’est-il passé à l’assemblée provinciale ?

Le projet d’édit budgétaire pour l’exercice 2022 de l’ordre de 160 milliards de francs congolais déposer à l’assemblée provinciale par le gouverneur intérimaire a été jugé recevable et transmis à la commission paritaire.

Honorable Masikini Kamango président de la commission mixte note plusieurs aléas qui n’ont pas permis l’examen et adoption du projet d’édit budgétaire en plénière.

« Il y a eu beaucoup d’aléas et de contegence. Lorsqu’on travaille le budget il faudrait que beaucoup des conditions soient réunies » explique l’élu de Basoko.

A en croire le député provincial Philippe Masikini Kamango, la commission paritaire a travaillé dans des conditions très déplorable.


« Lorsqu’on élabore le budget, celui-ci est présenté à l’assemblée provinciale par le gouverneur. Après son adoption, il est transmis à la commission paritaire. Et cette dernière doit avoir les consommables tels que les papiers, stylos y compris la motivation pour ceux qui vont travailler », dénonce le doyen des députés provinciaux de la Tshopo.

Pour Philippe Masikini Kamango, le manque de tous ses aléas n’a pas permis le déroulement harmonieux du travail. Cependant souligne le député provincial, c’est par abnégation et amour de la province qui ont caractérisé les membres de la dite commission à travailler malgré tout.

IMG 20211230 WA0041 Tshopo : lassemblée provinciale clôture la session de septembre sans ladoption du budget.

Malgré la convocation de la session extraordinaire pour deux semaines afin de voter le projet d’édit budgétaire pour donner ainsi à la province cet outil important, certains observateurs craignent un autre blocage sachant que la session extraordinaire demeure coûteuse. Le gouvernement provincial sera-t-il capable de prendre en charge la session extraordinaire ?

Jean Claude Fundi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Catégories

error: Content is protected !!