ESU : Prise en charge de l’UNIBAS et l’ISEAVT par l’Etat, le Bas – Uélé dans la joie.

ESU : Prise en charge de l’UNIBAS et l’ISEAVT par l’Etat, le Bas – Uélé dans la joie.

ESU : Prise en charge de l’UNIBAS et l’ISEAVT par l’Etat, le Bas – Uélé dans la joie.

La ville de Buta, en général, et la communauté estudiantine, en particulier, a vibré en début de semaine au rythme d’une bonne nouvelle. Ladite nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre. Le ministre de l’enseignement supérieur et universitaire Muhindo Nzangi a signé le 11 mai 2022, l’arrêté portant prise en charge par le Trésor public de quelques établissements privés de l’enseignement supérieur et universitaire, province du Bas-uele, en RDC. Il s’agit de l’Université du Bas-uélé, UNIBAS, implantée à Buta, chef-lieu de la province, et l’Institut Supérieur d’Etudes Agronomiques, Vétérinaires et Technologiques, ISEAVT, qui fonctionne à Dingila dans le territoire de BAMBESA, à plus de cent kilomètres de Buta, au nord de la ville de Kisangani.

Nous sommes très contents de l’accomplissement de ce dossier qui était un reve à l’origine même de découragement des uns ou reticence des autres à fréquenter notre institution”, se rejouit le Représentant des étudiants de l’UNIBAS, BAELONGANDI BONGBA Victor. Les autorités coutumières, les sages et toutes les couches sociales de mon entité explosent des joies. Cette liesse se lit dans les visages même des membres du comité territorial de sécurité”, réagit Dieudonné LISUMA, administrateur du territoire de Bambesa.


Stopper la fuite des cerveaux
Cette province reste encore à la traîne avec un taux de scolarisation dans l’enseignement supérieur et universitaire très inférieur par rapport à d’autres province de la RDC, reconnaissent nombreux intellectuels réagissant à la nouvelle de la prise en charge de ces deux institutions de l’ESU implantées dans le Bas-Uélé.


Pour le Chef des Travaux Soleil Gbala Ebutaba, Directeur Général de l’ISEAVT, créé depuis 2016, cette nouvelle va plus motiver ceux qui avaient abandonné les études, et même ceux qui ne voulaient pas enseigner dans ces institutions. La province du Bas – Uélé jusque là ne comptait que 3 institutions publiques de l’ESU.
Avec cette nouvelle, pense – t – il


cela aura un impact pour la relance de l’agriculture, surtout pour l’ISEAVT, car le territoire de Bambessa est l’un de plus grands territoires à vocation agricole, avec un autre impact pour les jeunes de trouver de l’emploi”.

A lui de poursuivre, en tant qu’unique institution de formation des ingénieurs techniciens agronomes, A0, l’acte posé par le gouvernement central va stopper la fuite des cerveaux. Les jeunes qui finiront avec succès à l’ISEAVT, outre d’être engagés au sein du même établissement devenu public, ils vont mieux encadrer les petits producteurs agricoles dans les villages au lieu d’aller aux grands centres urbains à la recherche d’emploi.


L’employabilité des jeunes displomés au Bas-Uélé
Au regard du fort accroissement général de la population jeune, conjugué à la progression du taux de scolarisation, il y a une forte probabilité qu’on assite, dans un avenir proche, à une hausse notable du nombre d’étudiants dans le Bas-Uélé.
ESOKELI ADIPANDI, l’un des notables de la ville de Buta, ancien député à l’époque de MOBUTU, plusieurs fois directeur de cabinet des ministres provinciaux depuis le demembrement, trouve que cette prise en charge est le fruit d’un leadership très fort du Professeur Jean Robert NZANZA BOMBITI. Ceci va même favoriser la formation des jeunes professeurs dans le Bas-Uélé pour offrir un enseignement de qualité. Des nombreux étudiants perçoivent le monde du travail comme un secteur qui leur est hostile et l’insertion professionnelle comme un chemin parsemé d’embûches.


Avoir une université dans le Bas-Uélé, est une très grande priorité des besoins d’ouverture sur l’environnement de services à la communauté”, avait conseillé le recteur de l’UNIBAS, le Professeur NZANZA BOMBITI dans une conference universitaire tenue à Buta en février 2022 sur le theme, la formation tertiaire, socle pour le développement des milieux urbano-ruraux, cas de Buta dans le Bas-Uélé. Pour l’orateur, le développement durable moderne passe par la capacité à doter les populations de qualifications professionnelles de niveau supérieur et de compétences des recherches.


La decision du gouvernement SAMALUKONDE du 11 mai 2022 est le début de resolution de la question d’employabilité des jeunes diplomés au sein des institutions d’enseignements supérieurs et universitaires du Bas-Uélé.

Les jeunes du Bas-Uélé ont plus besoin d’un accès plus aisé aux formations et aux informations grâce au rapprochement de l’université à leur milieu de vie… Les jeunes, notamment natifs du Bas-Uéle seront engagés et bien rémunérés par l’Etat congolais. C’est avec beaucoup d’enthousiasme qu’on a reçu cette nouvelle”, s’exclamme Jean-Mari EPEKANA, Président de la société civile forces vives de la province du Bas-Uélé.


Envoyer les enfants ailleurs, à Kisangani, Isiro, ou même à Kinshasa pour les études supérieures et universitaires a toujours été très coûteux, voir une operation périleuse pour les familles dont la plus grande majorité est à très faible revenu. Dans un territoire legendaire à vocation agricole, cela va sans doute attirer les jeunes à pratiquer une agriculture professionnelle. C’est la base du progrès de développement qui va tirer l’ensemble des secteurs de la vie.


Décoloniser les esprits
Selon le professeur NZANZA Jean-Robert, qui a les ambitions de décoloniser les esprits, le grand défi est celui de parvenir à surmonter le paradoxe des diplômés sans emploi et du manque de main d’œuvre qualifiée dans le secteur d’enseignement supérieur et universitaire du Bas-Uélé, dont la gestion lui sera confiée dans les jours à venirs après son investiture par le president de la République.

Dans son projet de société, le recteur de l’UNIBAS et promoteur de l’ISEAVT, avait avancé son souhait de revitaliser l’enseignement supérieur et universitaire dans sa province en privilégiant la coopération universitaire.


Hasard ? Coïncidence ?
On ne saura le dire. Est – il qu’au lendemain de la confirmation de l’élection du Professeur Jean Robert Nzanza Bombiti par la cour d’appel de Buta comme Gouverneur de Bas – Uélé, la prise en charge de ces deux institutions par le trésor public est une nouvelle qui a fait exploser de joie toute une province.

Ernest MUKULI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.