Grain de folie ou vent de folie à Kinshasa ? Mystère. La capitale ploie sous des folles rumeurs ou des rumeurs de plus en plus folles sur de faux fous ou de vrais faux fous qui ont tout faux.

Des fous supplémentaires dans une ville qui compte déjà un nombre fou de fous. De quoi affoler les statistiques en matière de folie. Terrible dans cette capitale aux tentacules folles où la folie de grandeur est l’unité de mesure.

Scénario fou dans cette ville où les « fous du rire » et les « fous du roi » recourent au même matériau comme fonds de commerce: la tragédie rd congolaise sous toutes ses coutures.

Au fond, s’agit-il de vrais fous ou de faux vrais fous ? Question follement délicate dans une mégapole où il n’y a pas que des fous et des folles …authentiques. En plus de sempiternels fous du roi, des « personnes anormalement folles » cohabitent journellement et même font une concurrence folle aux « personnes normalement folles ». Avec le risque que mutatis mutandis la loi Gresham s’invite à cette folle histoire. A savoir que « les faux fous chassent les vrais ». Le comble de la folie.

Alors, quid de ces fous « génération Androïd » et… follement « dollarisés » dont la rue kinoise parle à la folie ? Vivement l’expertise du CNPP (Centre neuro-psycho pathologique) !

Au cas où ce serait un énième stratagème des ennemis de la RDC, quelle idée folle pour des « rebelles » que de se grimer en fous pour perpétrer leur folie meurtrière en pleine capitale !

Serait-ce de la pure folie que d’accorder le moindre crédit à ces rumeurs sur ces fous « étranges » et/ou… « étrangers » ? Le principe de précaution ne commande-t-il pas que l’on anticipe ? Sachant qu’il n’est pas fou de pécher par excès. Surtout pour un pays qui paie souvent au prix fort et … fou le fait de pécher par défaut.

Entre deux formules physiques qu’il a léguées à la postérité, le très éclectique Albert Einstein disait: « La folie c’est de se comporter de la même manière et s’attendre à un résultat différent ».

José NAWEJ