Deux athlètes de la province du Bas-Uélé viennent de participer pour la toute première fois aux championnats nationaux de Karaté-do qui s’est tenue du 25 au 31 juillet 2022 à Kisangani dans la province de la Tshopo (nord-est de la RDC). Il s’agit de Kakule Mateso Danga dit Maître Diamond, centre noire 2e dan qui rentre avec une médaille d’argent pour le combat et une autre de bronze pour le kata ; et Kwasinangame Lesuma Fidèle, dit Maître Jet Li ceinture Noire 1er Dan qui remporte une médaille d’argent de combat.

Alors que les autres provinces étaient constituées d’une forte équipe d’athlètes avec leurs encadreurs ; notamment des arbitres et entraîneurs. Cet aspect des choses n’a nullement découragé le jeune de 28 ans Kwasinangame Lesuma Fidèle, dit Maître Jet Li, qui a débuté sa carrière en 2009. Durant cette compétition, il avait comme entraîneur son coéquipier. Ce dernier a neuf ans d’ancienneté que lui. Ils entrent désormais dans le palmarès de Karaté de la RDC.


« C’est question de détermination et de courage. L’ensemble des frais de participation au championnat y compris des licences pour athlètes, et ceux de séjour était prise en charge par le président de la LIKABAS, Maître Sougrous Mbonde. Et pourtant, la délégation de Maniema qui sont venue avec les entraîneurs avec beaucoup d’athlètes est rentrée bredouille », mentionne Maître Jet Li

Les deux lauréats évoluent au sein du Club Tshikan (école qui forme l’esprit du bien, NDR en langue Japonaise), qui a son dojo à l’école primaire Besose, du quartier Mondgandi dans la ville de Buta. Ce club, créé en 2007, dispose d’environs 50 adhérents.
La league de Karaté de Bas-Uélé, LIKABAS en sigle, que dirige Maître Sougrous, centaure noire 4e dan, regorge en son sein à 9 clubs dont un dans chaque territoire de cette province et 4 dans la ville de Buta.
Lesuna Fidèle n’a qu’une année depuis qu’il porte la ceinture noire en Karaté. Etudiant en 3e graduat à l’ISP (Institut Supérieur Pédagogique de Buta), ce jeune avec ceinture supérieure en arts martiaux s’est affiché en patriote aussitôt qu’il a reçu sa recommence.


« Je dédie ce médaille au gouverneur de province. Nous jeunes fondons notre espoir sur le professeur NZANZA BOMBITI, car cet honneur lui revient. Dès son arrivée, il y a déjà des ouvertures qui se concrétisent », fait-il savoir, dans un souri très enthousiasmé.


« Le sport qu’on pratique n’est pas synonyme de voyou. C’est un sport des intellectuels. Chine et Japon sont développés aujourd’hui aussi grâce à cette discipline. J’invite les jeunes du Bas-Uélé à aimer le sport qui éduque davantage« , lance cette invitation en rappelant qu’ils étaient venus pour se battre, pour defender la province du Bas-Uélé.

Une espérance au renfort

Faute des contacts et d’attention à cette discipline sportive, ces jeunes lauréats de Karaté, les tous premiers de l’histoire du Bas-Uélé voient s’arrêter leurs grands points d’interrogation pour leur évolution athlétique.
Selon Maître LESUMA Fidèle, dit Jet Li, les jeunes de la province de Bas-Uélé éprouvent beaucoup de difficultés pour pratiquer, combattre et progresser. Et pourtant le Karaté, tout comme d’autres sports individuels, fait partie des arts martiaux.


Ayant appris cette très bonne nouvelle à partir de Kinshasa où il est en mission officielle, le gouverneur du Bas – Uélé n’a pas caché sa joie. Le professeur Jean-Robert Nzanza Bombiti a immédiatement joint l’un des athlètes au téléphone pour les féliciter et a promis de les accueillir officiellement avec honneurs dans la ville de Buta.

La LIKABAS, avec ces trois médailles glanées, pense pouvoir rassembler et resserrer les compétitions provinciales. C’est pourquoi cette ligue de karaté-do du Bas-Uélé est à la recherché d’un partenaire pour mettre à sa disposition un dojo à la hauteur des potentiels que regorgent les jeunes de cette province en matière des sports.
Malgré l’absence des compétitions provinciales à l’exemple des autres provinces et les difficultés de s’entraîner, ces deux ambassadeurs du Bas-Uélé aux grandes messes du karaté-do de la République Démocratique du Congo avaient de la morale au delà de tout entendement. Voilà pourquoi le Bas-Uélé est désormais inscrit dans les anales du karaté.

Ernest MUKULI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.