Actualités Sport

Sport : La Karaté traditionnel veut renaître de ses cendres dans la Tshopo.

Sport : La Karaté traditionnel veut renaître de ses cendres dans la Tshopo.

Pendant 14 jours, les boudokas de la ville de Kisangani étaient à l’école du savoir pour apprendre les fondamentaux de base du Karaté traditionnel au cours d’un séminaire de renforcement des capacités organisé par la Ligue Provincial de Karaté Traditionnel de la Tshopo. Le but étant de faire renaître le Karaté traditionnel dans la province de la Tshopo.

La cérémonie de clôture et de remise des brevets aux participants au dit séminaire a eu lieu ce mercredi 12 octobre 2022 dans la salle des spectacles de l’espace culturel Ngoma en présences du chef de division des sports, CP de l’ANR, des membres de la Ligue provinciale de karaté traditionnel de la Tshopo et les autres invités.

Prenant la parole, Potin Madjaliwa, directeur technique national « DTN » à la Fédération Congolaise de Karaté Traditionnel a commencé par définir le karaté comme une discipline des arts martiaux qui consiste à enseigner les techniques du combat et les connaissances sur la maîtrise de soi avant tout, en précisant que c’est le Japonais Ishin Funa Koshi qui est le père du Karaté.

Toujours dans son speech, le DTN Potin Madjaliwa est revenu sur les différentes matières ayant constituées l’ossature dudit séminaire de 14 jours entre autres la mise en forme, les fondamentaux de bases en Karaté Shodokan constitués du Kion ( série des mouvements exécutés seul ), Kata ( l’expression du Karaté qui contient le blocage et l’attaque…) et le Shay Kumite qui est le combat en compétion.
Il ya eu également le renforcement des capacités des instructeurs des arts martiaux en général et du Karaté en particulier – les instructeurs des différentes disciplines des arts martiaux ont pris part (Judo, Ju, Karaté,…) – et quelques notions sur les 3 étapes à franchir dans la pratique des arts martiaux (le Shu, Ha et Lee).

Il faut alors dire qu’au cours de ladite cérémonie, sous la direction du DTN, les boudokas ont exhibés quelques kata et les combats en compétition étaient au rendez-vous régalant ainsi les invités présents dans la salle et s’en est suivi de la remise des brevets aux participants.

Rappelons par ailleurs que le karaté traditionnel diffère du karaté moderne car le premier met l’accent sur la maîtrise du karaté comme art, science et sport tout en prenant en compte tous les aspects du combat tandis que le second met seulement l’accent sur la pratique du karaté comme sport en enlevant l’aspect violence , dur, a signifié le DTN Potin Madjaliwa.
La Fédération Mondiale de Karaté Traditionnel à son siège au Japon tandis que la Fédération Mondiale de Karaté Moderne à son siège en France.

Jerry Lombo Alauwa