Actualités Social Politique

Tshopo: le dialogue pour sortir de la crise ?

Tshopo: le dialogue pour sortir de la crise ?

Depuis quelques semaines, la province de la Tshopo est secouée par une crise politique inter institutionnelle.
A la base, la motion de censure contre le Gouvernement provincial dirigé par Louis-Marie LUFUNGULA. Il lui est reproché la mauvaise gestion ainsi que plusieurs autres griefs.

Les interprétations contradictoires des résultats de vote de la motion de censure du 25 juin par le président de l’Assemblée provinciale, ont plongé la population dans un imbroglio total. Suite aux tergiversations du numéro un de l’organe délibérant, une confusion a élu domicile au sein de l’opinion.

Pour les uns, le gouvernement est démissionnaire. Pour les autres, le gouvernement reste faute de la majorité absolue non atteinte lors du vote de la motion de censure.

Cependant, la Cour d’appel, instance judiciaire saisie pour le recomptage des bulletins s’est déclarée incompétente en la matière.

Pendant ce temps, le Vice-premier ministre et ministre de l’intérieur a demandé aux responsables de ces deux institutions de privilégier la collaboration et les intérêts de la province.

Que faire à ce stade ?

Jordan SAIDI ATIBU, militant de la LUCHA, pense que  l’histoire politique de la République Démocratique du Congo renseigne que la plupart des crises politiques et militaires ont toujours été résolues autour d’une table. L’arbre à palabre est une magie dans la résolution des conflits en Afrique noire.

Il revient donc aux deux institutions de mettre de côté leur antagonisme en faveur d’un dialogue. Au lieu de freiner l’élan du décollage de la province, les parties en conflit doivent se mettre autour d’une table dans le but de trouver une issue à cette crise.

On ne peut pas perdre de vue qu’il n’y a pas des dieux ou des diables dans les deux camps, d’où la nécessité d’un dialogue franc entre les filles et fils de la Tshopo.

La rédaction.