Le Secrétaire Général de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, UDPS, est arrivé à Kisangani le samedi 15 Octobre 2022, et s’est adressé à la population de Kisangani à l’esplanade de la grande poste de Kisangani. Son discours n’a pas manqué de susciter des réactions parmi lesquelles celle de Jordan Saidi Atibu, président provincial de la nouvelle dynamique de la société Tshopo. Celui-ci a adressé une lettre ouverte à Monsieur Augustin Kabuya et dont copie est parvenue à rfmtv.net. Nous vous la livrons dans son intégralité.

Monsieur Augustin Kabuya,

Prendre le destin en main veut autrement dire ne pas voter pour Félix Tshisekedi Tshilombo aux élections prochaines. Les boyomaises et boyomais doivent comprendre cela, car au lendemain de la publication des résultats définitifs par la Cour  Constitutionnelle, le peuple Tshopolais s’était nourri d’espoir de changement, de renouveau et de développement du pays, en général, et la province de la Tshopo, en particulier. Cet espoir était légitime d’autant plus que les 18 ans du régime précédent n’avait quasiment rien fait pour développer la province, d’abord Grande Orientale et ensuite Tshopo après le démembrement, et surtout que, l’homme qui venait d’etre proclamé Président était le fils biologique et politique de celui qui, de son vivant incarnait l’avenir radieux de toute la Nation, Etienne Tshisekedi Wa Mulumba.

Malheureusement, quelques mois plus tard, cet espoir s’était mué en désillusion totale. En effet, depuis le lancement du programme d’urgence, autrement appelé le projet de 100 jours, les Tshopolaises et Tshopolais avaient impuissamment  constaté que  ledit projet n’avait prévu aucun travail important en faveur de leur province. Dans ce projet, il a été prévu la réhabilitation de la centrale hydroélectrique de la Tshopo, la réhabilitation de la route nationale numéro 4 dans son tronçon de la Tshopo, l’octroi de médicaments dans les hôpitaux publics…

Le comble est que ces travaux de saupoudrage prévus dans ce projet n’ont jamais démarré jusqu’à ce jour. Pour preuve, la ville de Kisangani est plongée dans le noir depuis plusieurs mois, la RN4 est en délabrement très avancé, etc.

Pour prouver son mépris à l’égard de la Tshopo, le Président de la République était venu inaugurer deux ponts dont l’un se trouve dans la commune Lubunga et dont le coût de travaux de sa construction est 1000 mille inférieur au coût lié à la cérémonie de l’inauguration. C’était tout simplement scandaleux pour le Chef de l’État.

En définitive, Monsieur Félix Tshisekedi Tshilombo n’est pas l’homme idéal pour le décollage du pays et, par ricochet, de la Tshopo. De ce fait, il est évident que seules des élections tripatouillées peuvent lui donner un second mandat. La souffrance du peuple congolais ayant atteint son paroxysme, seule l’alternance politique s’impose pour espérer à un Congo prestigieux où il fait beau vivre.

Jordan Saidi Atibu président provincial de la nouvelle dynamique de la société Tshopo.