La population de la province du Bas-uélé à travers celle de la ville de Buta apporte son soutien total au président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo qui ne ménage aucun effort pour mettre fin à la guerre à l’Est de la RDC ainsi qu’aux forces armées de la République Démocratique du Congo qui se battent jusqu’au sacrifice suprême pour défendre l’intégrité territoriale. Elle l’a exprimé à travers une marche organisée ce lundi dans le chef-lieu de la province à l’initiative du gouverneur de province Jean-Robert NZANZA Bombiti.

Ils étaient nombreux à répondre à l’appel du gouverneur de la province du Bas-uélé, le professeur Jean-Robert NZANZA Bombiti, ces hommes et femmes, jeunes et vieux, militants de différentes formations politiques, députés provinciaux et membres du gouvernement provincial, acteurs de la société civile sous ses diverses facettes qui ont pris d’assaut les artères principales de la ville de Buta pour apporter leur soutien total au chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo et aux vaillants soldats des forces armées de la République Démocratique du Congo. La foule a dit non à l’agression du Rwanda sous couvert des terroristes du M23. Partis du stade Tata Monzi Katebe, les manifestants ont parcouru la grande artère avec comme point de chute le rond-point du cinquantenaire.

Le premier à prendre la parole, le maire de la ville de Buta, Charlie KWATEBA appelle la population à la vigilance et à collaborer avec les forces de l’ordre et de sécurité pour dénoncer tout cas suspect.

Au nom du gouverneur de province en mission, le Vice-gouverneur Christophe KONDANGA Lemonde félicite la population pour cette mobilisation spontanée qui témoigne l’attachement à la patrie: « Notre pays est agressé et ce qui se passe à l’Est connu par la communauté internationale. Voilà pourquoi le président de la République nous demande d’être uni comme un seul homme pour ne pas céder une portion de notre terre « , dit-il avant d’appeler les jeunes du Bas-uélé à s’enrôler massivement au sein de FARDC pour défendre la patrie.

C’est sous une note de satisfaction d’avoir fait entendre leur voix que les manifestants ont regagné leurs occupations quotidiennes.