Actualités Enseignement Justice

Kisangani / JUSTICE : l’ASUKIS menace de poursuivre le Maire en justice.

Kisangani / JUSTICE : l’ASUKIS menace de poursuivre le Maire en justice.

C’est ce qu’a rapporté le secrétaire de l’Association du Personnel Scientifique de l’Université de Kisangani ASUKIS en sigle, au cours d’une interview nous accordé juste après la remise de leur mémorandum au gouverneur de province le jeudi 13 août. Pour elle, il y a eu atteinte à la liberté de manifester. 

Évaluant à chaud leur marche, Maurice BONDULU explique que leur association a saisi officiellement l’autorité urbaine de l’organisation de leur marche pacifique qui devrait juste aboutir à la remise d’un mémorandum adressé au chef de l’Etat à son représentant au niveau provincial. Et que la réponse de celle-ci n’était pas satisfaisante d’autant plus qu’elle a interdit la marche pour des raisons d’ordres politiques.

Maurice BONDULU révèle que leur marche a été étouffée par la police pourtant, selon lui, nous sommes dans un régime d’information et non d’autorisation. Il souligne qu’ils ont été brutalisés par la police au niveau du rond-point communément appelé ANR, à quelques mètres seulement du point de départ, même le calicot sur lequel le message a été écrit, leur avait été ravi par une autorité policière.

«…Avant de déposer notre mémo, la corporation se comporté comme des bons citoyens nous avions saisi en bonne et due forme pour que conformément à la constitution, qu’il puisse prendre des mesures d’encadrement de notre marche qui était réputée pacifique, mais notre étonnement est que le maire de la ville a refusé que nous puissions marché évoquant des raisons de la situation politique précaire… Nous nous demandons si la constitution a une disposition pareille, on pourrait croire si c’était pour des raisons sécuritaires… »

S’agissant de leur intention d’assigner le maire de la ville de Kisangani Jean-Louis ALASO en Justice, le secrétaire de l’ASUKIS précise

« ….comme le maire de la ville a agi en violation de la constitution, nous allons le traduire en justice pour répondre de ses actes. Aussi en arrivant au gouvernorat, la police qui exécutait un ordre mal donné et anti constitutionnelle, a aussi commis des gaffes, or elle devrait choisir le camp de la légalité en se rangeant derrière nous « 

Nous avons voulu en savoir un peu plus, mais le Maire reste injoignable.

Trésor BOTAMBA